les amis de Montmorin


ACCUEIL
LOCALISATION
  HISTORIQUE  
LA COUTUME
GALERIE PHOTOS


DOCUMENTATION


  XVIIIème - XXème siècle| Architecture| Plan du château| Stratigraphie du site| Seigneurie de Montmorin| Généalogie| Le blason
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les alliances
Les Montmorin ne sont pas une famille de la petite noblesse provinciale, leur noblesse peut être qualifiée de seconde. Ils vivent dans leur siècle, suivent les coutumes locales et participent aux évènements qu’a retenu l’Histoire grâce à leur service du pouvoir royal et/ou princier.

Les Montmorin épousent toujours des femmes issues de nobles familles. Par exemple, au XIIIe siècle, Bompar se marie avec Françoise Flotte, fille du chancelier Pierre Flotte qui est un voisin établi au château de Ravel. En 1484, Jacques devient l’époux d’Anne de Montboissier, fille d'une famille auvergnate aussi ancienne que les Montmorin. Tous leurs mariages ne se font pas sans intérêt. Il est même possible de discerner une politique de stratégie matrimoniale dont les Montmorin ont su usé pour agrandir leur patrimoine et leur réputation.
En effet, les mariages sont également l’occasion de contracter des alliances utiles, et ainsi d’augmenter le patrimoine familial : parfois la demoiselle n’apporte pas seulement de l’argent en dot, mais également des seigneuries. Ainsi Bompare d’Auzon, l’épouse d’Hugues V à la fin du XIIIe siècle, était-elle dame d’Auzon, Rilhac, Paulhac et Ouillandre, fiefs situés vers Brioude. Par ce mariage, les Montmorin agrandissent leurs terres. Jeanne Gouge, nièce de Martin Gouge alors évêque de Clermont, apporte entre autre en 1421 lors de son mariage avec le cadet Jacques de Montmorin, les terres de Chas, Espirat et Pérignat-ès-Allier. Philippa de Lespinasse, dame du Chatelard, épouse Charles en 1445. En 1573, Gilberte de Marconnay apporte dans sa corbeille une autre seigneurie située dans le Bourbonnais, le Montaret.

Les seigneurs de Montmorin sont donc également seigneurs d’autres lieux, ce qui leur permet de disposer de revenus supplémentaires ainsi que de plusieurs résidences et d’une position sociale mieux assise. Ces dots féminines servent également à doter des fils cadets qui pourront former de nouvelles branches. Cela a été le cas de Jacques de Montmorin qui devient seigneur de Saint-Hérem, grâce à sa mère Dauphine de Tinières, à la fin du XIVe siècle. Il en est de même pour Jean de Montmorin, seigneur de Nades, qui se voit remettre la dot de sa mère, Isabeau de Chauvigny, quelques années plus tard.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
1 2 3 4 5 6 7

Le Château de Montmorin         Le Musée Henri Delaire         L'association         Les ressources     webcam direct facebook Partenaires
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Association des Amis du Château de Montmorin - Château de Montmorin - 63160 MONTMORIN - Tél. 04 73 68 30 94 - contact@chateau-de-montmorin.fr